UNE HISTOIRE DE PRESSION.

Il y a quelques années, des parents nous ont approchés pour une demande d’intervention auprès leur enfant.Ils avaient déjà consulté un spécialiste ainsi que leur médecin de famille. Des tests diagnostics avaient indiqué que leur enfant présentait un trouble de l’anxiété relié aux besoins de performance ce qu’on appelle le trouble d’anxiété de performance. Est-ce de l’anxiété de performance ou de la pression?

L’enfant avait deux types comportements : lorsqu’on lui demandait s’il comprenait la matière présentée en classe, il répondait toujours oui et lorsque le moment de l’évaluation en classe arrivait, il remettait des copies vides.

Lorsqu’il remettait des copies blanches, l’enseignante le retournait à sa place en lui demandait de compléter l’évaluation. Lorsque l’évaluation n’était pas complétée, il ne pouvait pas profiter de sa récréation… Il a donc commencé à remettre des copies complétées; les réponses fournies étaient hors sujet, il ne voulait pas « rater » les périodes de récré.

Par la suite, les parents ont remarqué que leur enfant était plus irritable les jours qui précédaient les évaluations : il avait des crises de colère, des baisses d’appétit, une mauvaise qualité de sommeil et il tentait de rentrer en conflit avec n’importe qui qu’il connaissait.

Nous nous sommes alors questionnés : Y-avait-il un élément qui conduisait l’enfant à réagir ainsi? À la suite de l’intervention d’une éducatrice spécialisée qui avait suivi l’élève en classe et à la maison et d’un nouveau processus d’évaluation, nous nous sommes rendus à l’évidence que l’enfant vivait énormément de pression.

À l’école, les récréations et les périodes de jeux aux enfants étaient retirées aux enfants qui n’avaient pas de bons résultats et l’un des deux parents étaient très demandant en ce qui concernait les résultats de l’enfant. Nous avons donc fait une intervention auprès de la famille et nous avons rencontré l’équipe-école. Le petit secret est que les personnes qui entourent les enfants ont une grande influence sur eux. Ni le parent, ni le monde scolaire agissait de cette façon pour punir l’enfant.

Aujourd’hui cet enfant poursuit ses études aux secondaires dans un programme Sports-Études puisqu’il a fait ce choix.

 

La pression, nous pouvons la vivre à n’importe quel âge, il ne s’agit pas d’être un adulte pour être sous pression. Prenez le temps de penser à l’incidence que la pression peut avoir sur un adulte et multipliez par 10 pour obtenir celle d’un enfant.

La pression apparaît sous plusieurs formes (scolaire, sociale, familiale ou même personnelle) et ces effets sont néfastes. Elle dégrade l’estime de soi et la confiance en soi, elle paralyse le processus de créativité… La pression peut mener au découragement, à la démotivation et même au décrochage.

 

Pensons à prendre du recul sur nos paroles et nos gestes.

 

La Clef de la Réussite

www.clefdelareussite.com/services